Les hasards du Dafiste

Il m'est arrivé avant-hier soir quelque chose d'extraordinaire dans la vie d'un Dafiste.

Je remonte la Nationale 20 en direction de Paris de nuit. Soudain, je distingue difficilement deux petites loupiotes rouges au loin qui m'indiquent qu'un véhicule sans doute âgé circule devant moi.

Je m'approche doucement, sa ligne me semble familière... je pense au début à une vielle Alfa en me disant "ça ne peut pas être une DAF, ce serait vraiment trop improbable".

Et bien je n'en croyais pas mes yeux. Arrivé à sa hauteur au niveau d'Arpajon, je reconnais une petite DAF 46 couleur crème immatriculée dans le 31. L'adrénaline me monte au cerveau, je suis tellement surpris et heureux de cette merveilleuse rencontre. Je suis la petite 46 sur environ 5 km. Elle avance gentiment à environ 100 km/h.

Quand la circulation se dégage quelque peu, je me mets sur la seconde file et remonte à la hauteur du conducteur. J'allume alors mon plafonnier pour que le dafiste du 31 me voit correctement et ne me confonde pas avec un malfrat cherchant à faire du "car-jacking" (on ne sait jamais Langue tirée )

J'ouvre alors grand ma fenêtre et lui fais des signes que je veux lui parler. Il ouvre sa fenêtre à son tour et me voilà en train de crier "J'ai 15 DAF, je veux vous parler !!!"

Petit clignotant à droite et mon dafiste du jour se range sur le bas côté. Nous sortons de nos autos respectives et allons à notre rencontre grands sourires aux lèvres. Cet homme a environ 20 DAFs !!!!!!! Quel heureux hasard a fait que les deux plus grands dafistes de France se sont croisés au détour d'une nationale plongée dans le noir ???

Celui-ci me reconnaît : "... et vous êtes monsieur Jacson ?"

"Absolument !" lui répondis-je. "Je présume que vous être Monsieur H."

Nous ne nous étions pas trompés. C'est par l'intermédiaire d'un entremetteur de la rédaction d'Auto Retro que nous nous étions échangés nos coordonnées. Depuis, nous nous étions téléphonés 2 ou 3 fois mais jamais nous ne nous sommes rencontrés.

Monsieur H. remontait de Toulouse vers Paris au volant de sa 46, preuve que les longues distances ne font pas peur à nos petites hollandaises ! Nous parlons bien évidemment de Daf pendant quelques 15 minutes puis nous reprenons notre chemin avec bien sûr la ferme intention de nous rencontrer de nouveau dans 15 jours pour nous montrer nos collections de DAF.

Je suis Monsieur H. jusqu'à Montlhéry et c'est devant le concessionnaire DAF qui possède exactement la même 46 crème dans sa vitrine que je passe quand même ma 5ème et poursuis ma route jusque chez moi à Paris.

C'est aussi pour des moments comme ça que j'aime la vie. Clin d'oeil

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

img-0936.jpgLes Dafistes vous souhaitent la bienvenue !