Sortie dominicale

Sortie dominicale

BALADE sur le CAUSSE de BLANDAS Nous partons tôt le matin (8 heures) pour être à Ganges à 9 heures et demi où nous devons rencontrer les autres participants. Nous ferons la route avec des amis que 3O° séparent de nous … ils roulent en MARTIN SEVEN. La honte, on se donne rendez-vous au Mc Do, moi j'y vais jamais, ça sent Bové. La météo nous annonce joyeusement des chutes de neige sur le Larzac et ils insistent en prévoyant 8 cm à Blandas, que du bonheur ! Le Mc Do est fermé, l'honneur est sauf. La côte de La Cavalerie, avec ses virages « à l'ebers » n'a pas été salée, au moins on ne corrodera pas les autos ! pas de panique, y a pas de quoi mettre un scandinave dehors, ça glisse pas. Le Larzac se traverse à 110 comme c’est marqué sur les panneaux. On se jette un café à Nant, pause-café qui dre en fait ¼ d'heure, nos amis quittent leur déguisement de martien, boivent le petit noir et se rhabillent pour affronter le froid. Nous autres, dans la DAF, on profite de la douce chaleur du SOFICA, voilà où se situent les 30° qui nous séparent, on a 20°, eux à 10 !!! Le Col de la Barrière, avec ses 808 m d'altitude est sec comme un coup de trique, alors quel régal de tirer quelques trajectoires dans la descente sur Alzon ! Tout se passe bien, la route devient de plus en plus humide, mais bon, pas de quoi faire appel/contre-appel puis contre-talus. Les choses sérieuses commencent au Vigan, nous rencontrons les premiers flocons et surtout les premières chicanes mobiles. Les mecs, ils sont scotchés à 30 à l'heure et c'est pas commode pour doubler. Avec un peu de bonne volonté on arrive à les déposer, et l'oreille gauche me siffle sérieusement ! Tout le monde a 5 minutes de retard et en cumulé, on démarre avec bien les 20 minutes fatidiques de retard. La vallée de la Vis, qui doit son nom à sa sinuosité, se décore pour Noël, un peu de blanc ça et là. A St Laurent, la vallée cévenole se prend pour une vallée alpine, normal, c'est le départ d'une spéciale !!! On peut pas se tromper de route, y a qu'à suivre les signatures des auto de course, en faisant gaffe de pas suivre celles qui amènent contre les parapets (au passage, certains ont dû se faire un peu peur). Sur le plateau, je vais pas vous décrire les dolmens et cromlechs qui jalonnent notre parcours par des arrêts glacés. Tant et si bien que le 4 cylindres de la DAF reste au ralenti, pas la peine de choper la grippe groupe A. Le moment tant attendu de la pause de midi arrive, à 1 bon kilomètre du point stop de la spéciale. La salle des fêtes nous est retenue, et elle est chauffée ! On déguste un kir histoire de se ré hydrater (le chauffage, ça donne une de ces soifs !!!) et on passe à table. On commence par les hors d'oeuvre, ce sont des légumes de saison : saucisson, jambon de pays, pâté et un bout de tarte genre tarte à l'oignon, accompagnés de quelques feuilles de salade pour faire plaisir aux éventuels hommes verts (pas nos amis en Martin, non, ceux qui votent pour les écolos). La suite, c'est pas mal non plus. Le chef nous a concocté une daube de cerf. Je dois avouer que j'ai vu pas mal de convives laisser quelques pommes dauphine (pas Gordini pour un sou), mais du cerf, il en restait plus ! Pour faire descendre tout ça, un petit rouge gouleyant au palais (de justice si on abuse). On a terminé sur forêt noire suivie d'un café pour commencer la digestion. Il s'en est suivi l'assemblée générale du club VA 60. Avec l'organisation de cette journée, le président était certain de se faire réélire, ce qui n'a pas manqué d'arriver. Pour soudoyer l'électeur, un bon repas. Le retour s'est déroulé sur une route à peine humide, et c'est tant mieux, pour je ne sais quelle raison, on a moins attaqué qu'à l'aller. En conclusion, une super journée avec d'autres passionnés de gastronomie, pardon, de voitures ancienes.

Dominique du midi

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

img-0936.jpgLes Dafistes vous souhaitent la bienvenue !